Compassion


La Parole de compassion, du latin tardif, est arrivée en espagnol comme compassion. Le terme est utilisé en référence au sentiment qu’une personne éprouve lorsqu’elle s’identifie à la souffrance d’un tiers et éprouve de la tristesse et de la tendresse pour cette raison. La compassion est liée à l’empathie: le sujet est capable de percevoir et de comprendre qu’un autre sujet a tort. Dans cette situation, l’intention se pose en lui d’aider les autres pour que leur douleur soit soulagée ou éliminée.

C’est pourquoi la compassion est aussi liée à la solidarité. On peut dire que, par compassion, on partage la souffrance de quelqu’un d’autre.

Les religions demandent souvent à leurs fidèles de ne pas se laisser abandonner à la compassion passive, qui se limite à s’apitoyer sur l’autre, mais elles les invitent à prendre une position active pour inverser la situation par le biais d’un soutien solidaire. Supposons qu’une femme se promène dans son quartier quand elle voit un vieil homme mendiant pour l’aumône. La femme éprouve de la compassion, s’approche de l’homme et l’invite à déjeuner. Puis il lui donne de l’argent pour qu’elle puisse acheter à manger. Comme vous pouvez le constater, dans ce cas, la compassion a conduit à un acte de solidarité qui a permis d’alléger les problèmes des personnes âgées.

On peut aussi éprouver de la compassion pour les animaux. Si un jeune homme détecte qu’au sommet d’un arbre, il y a un chat qui miaule parce qu’il ne peut pas descendre tout seul, il peut éprouver de la compassion. De cette façon, il rentre chez lui à la recherche d’une échelle, puis il monte à l’arbre et monte secourir le chat en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *