Colique


Le premier sens reconnu dans le dictionnaire de l’Académie de la langue colique se réfère à ce qui est lié au côlon. Il faut se rappeler que le côlon est le secteur du gros intestin des mammifères qui se termine là où le rectum commence. L’utilisation la plus courante du concept est liée à la douleur colique. La colique, en ce sens, est un malaise dans la région des intestins qui peut être très intense, causant des crampes et de la transpiration et parfois être accompagnée de selles et de vomissements.

Les crampes intestinales sont causées par la contraction viscérale des muscles lisses. Ce mouvement musculaire peut être dû à une infection ou à la présence d’un obstacle qui empêche le transit normal du contenu des viscères.

Les coliques disparaissent souvent avec l’évacuation, mais il est également possible d’utiliser des médicaments qui minimisent les spasmes douloureux. La colique biliaire est la douleur qui se produit lorsque la vésicule biliaire est distendue à cause de calculs qui obstruent le canal cystique. Cette douleur est habituellement sévère mais intermittente. L’image est inversée par une laparoscopie qui permet d’enlever la vésicule biliaire ou par une lithotripsie extracorporelle à ondes de choc qui dissout les calculs. Lorsque des calculs sont trouvés dans le conduit entre les voies urinaires et les reins, une colique rénale (également appelée colique néphritique) se produit.

Les coliques infantiles, enfin, sont un trouble causé sans le savoir qui se manifeste souvent chez les nourrissons et se caractérise par des pleurs intenses qui durent plusieurs heures par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *