Clause


L’étymologie de la clause remonte au terme latin claus? la, qui dérive du clausus (terme qui peut se traduire par  » fermé « ). Les clauses sont les dispositions qui font partie d’un testament, d’un contrat ou d’un autre document. Par exemple: « Nous n’avons pas encore signé l’accord stratégique parce qu’il y a une clause qui ne me convainc pas », « Le contrat signé par le joueur uruguayen comporte une clause qui l’empêche de jouer contre son ancienne équipe », « Le gouvernement étudie les clauses de l’accord de libre-échange ». Une clause pénale est une garantie qui figure dans certains contrats. Cette clause stipule que si l’une des parties ne respecte pas le contrat, elle doit verser une indemnité à l’autre partie.

Une clause injuste est une clause qui est incorporée dans un contrat par l’imposition d’une des parties, sans négociation et causant un déséquilibre dans les obligations et les droits de chaque partie. L’idée d’une clause de barrière apparaît dans l’arène politique pour désigner le nombre minimum de voix qu’une liste électorale doit obtenir pour être éligible à la représentation au sein de l’assemblée législative ou d’un autre organe.

Dans le domaine de la grammaire et de la rhétorique, par contre, une clause est une série de mots qui, en une seule phrase ou en plusieurs phrases étroitement liées, forment un sens complet.

Pour la logique, les clauses sont des expressions composées d’une série finie de formules appelées littérales, qui sont vraies lorsqu’au moins une littérale est vraie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *