Centrale nucléaire


Une centrale nucléaire est celle qui appartient au centre ou qui s’ y rapporte. Ce terme a plusieurs significations: il peut se référer à l’espace où convergent les actions coordonnées; au point intérieur équidistant des limites d’une surface; à la région qui concentre les rues les plus achalandées d’une population; à l’institut qui effectue la recherche; au fondement ou à l’essentiel de quelque chose; et aux installations où l’énergie électrique est produite. Le nucléaire, quant à lui, est celui qui appartient au noyau nucléaire ou à l’énergie nucléaire (produit par les réactions atomiques de fusion ou de fission). Si nous élargissons le concept d’énergie nucléaire, nous pouvons dire qu’il s’agit de l’énergie libérée, spontanément ou artificiellement, lors des réactions nucléaires. Une centrale nucléaire est donc une installation industrielle qui permet de produire de l’électricité à partir de l’énergie nucléaire. Son fonctionnement est généralement basé sur des matières fissiles qui, par des réactions nucléaires, servent de combustible et fournissent de la chaleur pour le mouvement des alternateurs qui convertissent le travail mécanique en énergie électrique. Le réacteur nucléaire est doté d’un conteneur rempli de matières radioactives isolantes et rempli de matières fissiles. Le processus énergétique implique la génération d’une réaction soutenue et contrôlée à partir d’éléments auxiliaires appelés modérateurs, qui absorbent l’excès de neutrons libérés. Autour du cœur du réacteur nucléaire se trouve un réflecteur qui retourne à la partie centrale des neutrons libérés pendant la réaction. Un blindage spécial autour du réacteur et un circuit frigorifique complètent les installations principales d’une centrale nucléaire.

L’emplacement d’une centrale nucléaire ne peut pas être choisi au hasard, mais il faut tenir compte d’un grand nombre de variables, étant donné que ses installations effectuent des processus à haut risque pour les êtres vivants. Cependant, il existe plusieurs exemples de centrales électriques dans des zones inadéquates ou qui ne disposent pas de l’infrastructure nécessaire pour faire face à des situations d’urgence potentielles.

Examinons quelques cas ci-dessous: la centrale nucléaire de Metsamor est la seule en Arménie; un envoyé de l’UE l’ a classée en 2004 comme un danger pour l’ensemble de la région, tout en essayant de parvenir à un accord pour sa fermeture, ce qu’elle n’ a pas réussi à faire. Construite en 1976 dans une région sismique à haut risque par l’URSS, cette centrale nucléaire fournit environ 40 % de l’énergie nécessaire pour approvisionner les plus de 3 millions d’habitants de l’Arménie, dont les installations sont une fierté nationale et un symbole de progrès. Fukushima I Cette centrale japonaise représente le plus grand risque nucléaire de la planète aujourd’hui.

Après le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011, qui ont laissé ses installations en ruines, de nombreuses particules radioactives se sont déversées dans la mer et le sous-sol à proximité. La gravité de la situation a atteint un tel point que le gouvernement a envisagé d’évacuer les 36 millions d’habitants de la région métropolitaine de Tokyo, alors qu’ils se trouvaient à 250 kilomètres de la centrale. Indian Point Selon la Commission de réglementation nucléaire de l’Amérique du Nord, cette centrale nucléaire a atteint le point où une attention immédiate est nécessaire pour être en mesure d’assurer la population qu’elle n’est pas exposée à des risques impossibles.

Cette déclaration a eu lieu peu après l’explosion d’un transformateur à l’intérieur de l’usine, qui a paralysé ses réacteurs. Si un tremblement de terre frappait leur région, Indian Point serait très vulnérable.

Dans ce cas, ce n’est pas l’endroit en soi, mais la mauvaise infrastructure pour résister à la force d’un tremblement de terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *