Budget participatif


Pour bien comprendre le sens du terme « budget participatif », il est nécessaire de déterminer d’abord l’origine étymologique des mots qui lui donnent forme: -le budget dérive du latin, de la somme du préfixe « pre », qui signifie « avant », et du suppositus, qui peut se traduire par « mettre ». Le mot « participatif », quant à lui, vient aussi du latin et se compose de trois composantes délimitées: « par », qui équivaut à « part »; le verbe « capere », qui signifie « take » et le suffixe « -active », qui est utilisé pour indiquer une relation passive ou active. Un budget est un document qui est préparé avec des prévisions de recettes et de dépenses pour une certaine période de temps. Ce qu’un budget fait, c’est d’indiquer le montant des dépenses prévues et le montant qu’on s’attend à recevoir, ce qui permet de planifier les décisions financières. L’adjectif participatif, par contre, est associé à la participation (le fait de s’impliquer dans quelque chose).

Avant d’élaborer la définition de la budgétisation participative, il faut d’abord savoir ce qu’est un budget public. C’est le document qui estime les dépenses que l’État fera dans une période donnée. En général, le budget public est préparé par le pouvoir exécutif et approuvé par le Congrès. Lorsque le budget est établi avec la participation directe de la population à l’esprit, on parle de budget participatif. Cet outil permet aux citoyens de décider eux-mêmes à quoi serviront les fonds publics ou une partie de ceux-ci.

Il y a ceux qui prônent la budgétisation participative en tout temps. Pourquoi est-ce ainsi? Ils sont synonymes de transparence, parce que chaque citoyen sait à quoi sert l’argent de ses impôts. Ils permettent aux voisins d’avoir un contrôle absolu sur tout ce qui se passe dans leur municipalité. Elles constituent un outil de participation citoyenne, qui offre aux citoyens la possibilité de collaborer activement à la planification et à la gestion publique. Enfin, et ce n’est pas le moins important, les budgets participatifs sont perçus par de nombreux hommes politiques comme un instrument de modernisation et d’adaptation à notre époque.

Sans oublier le fait que, de la même manière, ils signifient une démocratisation absolue de la gestion publique. Un budget participatif est généralement élaboré au niveau municipal. L’exécutif local convoque les résidents à divers moments de consultation et de débat, d’où émergent des propositions soumises au vote. Les projets les plus votés deviennent ainsi une priorité du budget public de la commune concernée.

Il est important de garder à l’esprit qu’un budget participatif ne tient pas compte de la totalité des dépenses municipales et n’implique pas non plus que les citoyens décideront directement des actions du gouvernement.

Un certain pourcentage ou un certain montant du budget total est généralement alloué au vote populaire de sorte que les voisins choisissent certaines des œuvres à développer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *