Botanique


Le terme botanique a connu un long voyage étymologique avant d’atteindre notre langue. Le mot grec botan?, qui peut être traduit par « herbe », dérivée en botanikós.

Puis, dans le latin médiéval, il est devenu botanique. La botanique est le nom donné à la discipline scientifique dédiée à l’étude des plantes. La botanique, aussi appelée phytologie, fait partie de la biologie et se concentre sur la description, la classification et l’analyse de toutes les caractéristiques des plantes. La botanique est nourrie par la connaissance de la physiologie, de la cytologie, de la phytographie, de l’histologie, de l’écologie et d’autres spécialités, toujours liées aux plantes.

Cela vous permet de couvrir tous les aspects des légumes. Il est possible de différencier la botanique pure (qui cherche à accroître les connaissances existantes sur la nature) et la botanique appliquée (qui vise à produire des informations utiles pour le développement de la technologie). Disposer de données intéressantes sur les plantes permet à son tour d’élargir le champ de nombreuses sciences: la botanique est donc un sujet d’intérêt pour les ingénieurs, les pharmaciens et autres professionnels. Il convient de noter que les plantes permettent, par exemple, l’achat de denrées alimentaires, la production de médicaments, le développement de fibres textiles et la production d’énergie. La botanique est ainsi une discipline indispensable au progrès de l’humanité. Le concept de botanique (ou sa version masculine, botanique) permet en même temps de construire des expressions diverses: jardin botanique (une zone destinée à la culture des plantes), géographie botanique (branche de la géographie centrée sur la distribution des plantes dans la planète), etc Les jardins botaniques doivent être mis en place par un organisme privé, associatif ou public, bien qu’ils soient parfois gérés par deux ou plusieurs. Son but est d’étudier, de conserver et de diffuser la diversité végétale. L’une de ses principales caractéristiques est l’exposition de collections scientifiques de spécimens vivants, qui sont cultivées pour atteindre l’un des objectifs susmentionnés, en plus de collaborer à la formation universitaire.

L’histoire des jardins botaniques remonte à la Renaissance, période au cours de laquelle l’encyclopédie suscite un vif intérêt. L’inspiration pour ce type d’installation est sans aucun doute le design des jardins médiévaux. Au début, les jardins botaniques étaient exclusivement consacrés à la culture de plantes médicinales et alimentaires, et peu à peu la classification et la nomenclature devinrent plus spécifiques. Selon les preuves trouvées jusqu’ à présent, c’est à Al-Andalus que les premiers jardins botaniques ont été construits au XIIIe siècle par des musulmans. En France, la première n’ a été vue qu’en 1593; c’est le Jardin des Plantes de Montpellier, qui gère encore aujourd’hui l’université. Il y a aussi plusieurs jardins botaniques en Italie, qui ont été fondés dans le nord du pays au milieu du XVIe siècle à Padoue, Pise et Bologne, reliés à leurs universités respectives. D’autres pays européens dans lesquels nous pouvons trouver ces zones dédiées à la culture des plantes sont l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas, le Danemark et l’Espagne.

Aujourd’hui, plusieurs universités sont responsables de l’entretien de leurs propres jardins botaniques, où elles réalisent d’importants travaux de recherche. Par exemple, certains construisent un jardin botanique pour se consacrer à l’étude du complexe moléculaire et à la recherche génétique; grâce à un tel investissement, ils collaborent à la préservation des connaissances scientifiques et historiques.

En plus de la collecte et de la conservation des plantes locales et exotiques, les scientifiques qui travaillent dans un jardin botanique s’acquittent de la tâche difficile de protéger les espèces menacées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *