Bifocal


L’adjectif bifocal qualifie ce qui a deux foyers. Le concept est utilisé dans le domaine de l’optique par rapport aux lentilles qui, parce qu’elles ont deux puissances différentes, permettent la correction de la vision à de longues et courtes distances. Les lentilles bifocales sont utilisées par les personnes ayant une myopie (trouble qui affecte la focalisation des objets placés à de longues distances) et la presbytie (difficulté à se concentrer sur les objets proches). Les lunettes à double foyer ont commencé à se développer à la fin du XVIIIe siècle.

Le scientifique et politicien américain Benjamin Franklin a contribué à populariser les lunettes à double foyer, lorsqu’il en a eu assez de devoir porter deux paires de lunettes pour réparer ses défauts de vision de près et de loin. Ces lunettes à double foyer d’origine ont été fabriquées en combinant deux lentilles différentes dans la monture.

Pour la mise au point d’objets proches de l’objet, la personne devait regarder le secteur inférieur, tandis que pour les objets éloignés, elle devait se concentrer sur la partie supérieure. Actuellement, les lunettes à double foyer sont habituellement composées d’un petit secteur différencié qui est moulé sur ou dans la lentille principale. Des lunettes à double foyer invisible ont même été inventées: il est très difficile de remarquer les différentes lentilles installées dans les lunettes en question. Beaucoup considèrent les modèles classiques disgracieux, précisément parce qu’il est possible de remarquer la pièce dans laquelle la graduation est placée de près.

Il est important de souligner que les lentilles bifocales existent comme alternative aux lentilles monofocales, qui ont la même graduation sur toute la surface du verre et sont utilisées pour corriger toutes les erreurs de réfraction, comme la presbytie, l’astigmatisme, la myopie et la myopie.

Bernard Maitenaz, ingénieur, présenta en 1959 les verres dits progressifs, un produit qui n’ a cessé de croître et de s’améliorer depuis lors.

Il s’agit d’une alternative aux lunettes à double foyer, qui permet à l’utilisateur de percevoir son environnement d’une manière plus naturelle, avec une transition adéquate entre les objets proches et lointains. Au-delà des solutions fournies par les bifocaux, il y a encore des problèmes qui ne peuvent être résolus. La presbytie, par exemple, peut rendre difficile l’analyse de la hauteur et de la distance des éléments. C’est pourquoi ils peuvent tomber en marchant sur un terrain accidenté ou en montant ou en descendant les escaliers. De plus en plus d’experts s’assurent que les bifocaux sont un produit en déclin et qu’un jour ils seront complètement remplacés par des produits progressifs.

Précisément, les lunettes à double foyer nous permettent de corriger la vision de près et de loin, mais elles ne font rien pour les éléments qui sont à mi-chemin, et cela peut mener aux problèmes mentionnés ci-dessus.

Le saut abrupt entre les zones éloignées et proches affecte inévitablement la netteté de tous les objets du milieu, ce qui n’est pas le cas avec les verres progressifs. Un autre aspect négatif des lentilles bifocales est la difficulté à s’ y habituer lors de leur première utilisation; parmi les « symptômes », pour les appeler, on trouve l’inconfort des yeux (déchirure, picotements, irritation et démangeaisons), la distorsion de la vision, les maux de dos, le cou et les maux de tête. Les lunettes à double foyer, par contre, peuvent être inconfortables devant l’écran de l’ordinateur. Cet inconvénient provient du fait que le moniteur est généralement placé très près de l’utilisateur, ce qui l’oblige à incliner sa tête en arrière pour qu’il puisse apprécier clairement le contenu; après de longues séances, il est possible qu’il y ait un inconfort dans le cou, qui peut s’aggraver si on ne le traite pas à temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *