Atterrissage


Établir l’origine étymologique du terme atterrissage nous amène au français, puisqu’il émane du mot « atterrissage » qui, en même temps, est basé sur le latin et le grec, comme le montrent les composants qui le façonnent : Le préfixe « ad », qui signifie « vers ». Le nom’terra’, qui peut être traduit par’terre’.

L’élément »-izar », qui indique « convertir en ».

Le suffixe »-aje », qui est utilisé pour définir une action. L’atterrissage est une action qui fait référence à ce que fait un objet qui vole lorsqu’il atterrit sur une surface ferme.

Par exemple : « Passagers, l’atterrissage à l’aéroport de Francfort aura lieu dans dix minutes », voyager en avion me rend très nerveux : « J’attends l’heure de l’atterrissage depuis des heures », « l’hélicoptère a dû faire un atterrissage d’urgence à cause d’une défaillance de son réservoir de carburant ».

L’atterrissage consiste donc à remettre un avion en contact avec le sol et à le maintenir au sol.

On peut dire que les véhicules qui se déplacent dans les airs doivent d’abord décoller (quitter la surface), puis faire leur voyage aérien et enfin faire leur atterrissage, pour revenir sur terre.

Habituellement, l’atterrissage est effectué selon un horaire.

L’avion en question atterrira à l’endroit prédéterminé après avoir terminé son plan de vol.

Si quelque chose d’imprévu se produit (comme une tempête violente ou une panne mécanique), le pilote peut avoir à faire un atterrissage qui n’est pas conforme aux plans. C’est le cas lorsqu’il est décidé d’atterrir dans un aéroport autre que celui prévu, pour ne citer qu’une seule possibilité.

Lorsque la décision de modifier le plan doit être prise de toute urgence parce que la sécurité des passagers et des membres d’équipage est en danger, on parle d’atterrissage forcé ou d’atterrissage d’urgence. Il est important d’établir que pour qu’un avion puisse rester au sol après un vol, il doit utiliser ce qu’on appelle un train d’atterrissage.

C’est le type de système mécanique qui incorpore et est composé de roues qui permettent le bon tassement sur la voie. Il faut déterminer que ce mécanisme peut être de deux types : fixe ou rétractable. Le premier est celui qui est clairement exposé aux différents courants d’air tout au long du vol. La seconde, par contre, est celle qui, comme son nom l’indique, est cachée à l’intérieur de la structure de l’engin spatial pendant le vol. Il est intéressant de noter que les aéronefs à voilure fixe sont ceux qui font partie des aéronefs plus légers et qui volent à des altitudes plus basses.

Parmi les éléments fondamentaux qui composent ce que l’on appelle le train d’atterrissage et qui sont essentiels à son bon fonctionnement, on trouve à la fois le système d’amortissement et l’unité hydraulique appelée amortisseur de shimmy ou contrôle directionnel. Sur un plan familier, la notion d’atterrissage peut être utilisée pour désigner toute personne qui tombe au sol :  » Le modèle essayait de défiler en chaussures à talons hauts lorsqu’elle trébuchait et atterrissait au milieu de la passerelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *