Atisbo


La première chose que nous devons clarifier est l’origine étymologique du terme atisémitisme. Dans ce cas, il faut dire qu’il s’agit d’un mot qui vient du latin, exactement du latin.

Ce verbe dérive de l’adjectif « vistus », synonyme de « visto ». Atisbo, c’est l’acte d’entrevoir : entrevoir, regarder avec sérénité. Le concept est également utilisé comme synonyme d’aperçu (suspicion ou conjecture). L’utilisation la plus courante de la notion est associée au signe ou à l’indication de quelque chose. Par exemple : « L’annonce du président a effacé toutes les lueurs d’optimisme dans l’économie », « Il y a encore de l’espoir, mais nous savons que la situation est très compliquée », « Le joueur tchèque n’a montré aucun signe de fatigue ».

Supposons qu’un journaliste interviewe un maire qui a été reconnu coupable de corruption. Dans le discours, le politicien dit que son ambition l’a conduit à faire des erreurs et, en larmes, il admet qu’il souffre constamment parce qu’il a compris qu’il a détourné des fonds publics qui allaient être destinés à des gens qui avaient besoin de l’aide de l’État. Pour le journaliste, la note montre un « soupçon de regret » chez le maire : ses paroles et son attitude reflètent le fait que l’homme est désolé d’avoir commis le crime en question. Souvent, l’idée d’un aperçu est liée à la première preuve du début d’une situation ou du début d’un processus. Prenons le cas d’un joueur de tennis qui, dans un match pour le meilleur des cinq sets, perd les deux premiers sets. Dans le premier jeu de la troisième manche, cependant, il brise le service de son adversaire et garde son service.

Dans l’auditoire, un spectateur commente à un autre qui remarque un « indice de récupération » chez le joueur qui, pour le moment, perd le match.

C’est parce que l’athlète commence à montrer des symptômes d’une amélioration de son niveau. De même, le terme « lueur d’espoir » est très souvent utilisé. Ceci peut être utilisé dans des phrases telles que : « La maladie grave de Manuel et l’état dans lequel il se trouvait a mis fin à toute trace d’espoir parmi ses proches. Il y a aussi une autre expression très courante qui est utilisée avec le terme en question. Il s’agit d’un soupçon de doute. Il est souvent utilisé dans des phrases comme celle-ci : « Le jury n’est pas clair sur l’innocence ou la culpabilité de l’accusé et il a un soupçon de doute. En outre, nous ne pouvons pas oublier l’existence de l’expression  » indice de paix « .

Cela se retrouve, par exemple, dans la chanson « Lo tenga o no » de l’artiste d’Almeria David Bisbal. Dans le domaine littéraire, il existe une trilogie intitulée « Les croix de l’Atisbo ».

Il est écrit par Julian R.

Rabadan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *