Associationnisme


L’associationnisme est un courant de psychologie qui a émergé en Grande-Bretagne et qui cherche à expliquer les questions psychiques à partir des principes qui régissent l’association d’idées. Cette théorie, en bref, réfléchit sur la façon dont les pensées établissent différents types de combinaisons dans l’esprit. John Locke (1632-1704), selon les postulats d’Aristote (384 av. J. -C.

-322 av. J.

-C. ), affirmait que les êtres humains naissent vides, sans aucune aptitude innée ou naturelle. Seules les expériences que les gens vivent au fil du temps leur permettent de développer certaines représentations, ce qui signifie que les idées ne naissent pas par le raisonnement. Selon la psychologie expérimentale, en revanche, on parle d’associationnisme passif pour indiquer comment l’esprit agit comme un reflet des représentations naturelles qui donnent un sens à l’existence. En ce sens, il convient de souligner que dans ce domaine de la psychologie, de nombreuses écoles ont abordé et parié, d’une manière ou d’une autre, sur ce qu’est l’associationnisme. De cette façon, par exemple, nous pourrions mettre en évidence la psychologie mentaliste empiriste, le behaviorisme basé sur l’union du stimulus et de la réponse, le connectionnisme qui tourne autour du comportement et des processus mentaux, ou la psychanalyse qui se concentre sur la libre association des idées comme méthode thérapeutique. David Hartley (1705-1757) et James Mill (1773-1836) ont également postulé que la conscience est la conséquence de la loi de l’association, ce qui implique un lien entre les éléments qui sont capturés par les sens. L’associationnisme est, dans un autre sens, un mouvement social qui propose la création d’associations politiques, civiques et d’autres types d’associations pour traiter de questions d’intérêt communautaire. À l’heure actuelle, précisément dans le contexte de l’associationnisme, nous devons souligner la croissance qui a eu lieu au cœur de ce qu’est la jeunesse. Ainsi, les différents organismes et administrations publiques, que ce soit au niveau local, provincial ou national, encouragent les jeunes à se regrouper pour créer ces associations. Grâce à ces groupes de travail, les membres de ces groupes peuvent participer activement à la société dans laquelle ils vivent en faisant des propositions, en proposant des projets qui les intéressent ou en développant toutes sortes d’actions qui amélioreront leur bien-être et celui des autres citoyens. Une phrase qui pourrait servir d’exemple de ce que nous avons dit en dernier lieu est la suivante : « La Mairie de Madrid a encouragé l’associationnisme parmi les jeunes et a réussi à faire démarrer l’Association Culturelle des Jeunes à partir de laquelle sont organisés des ateliers de lecture, des représentations théâtrales et des concerts ».

Enfin, il convient de noter que dans le cadre de l’éducation sociale, l’associationnisme est un postulat selon lequel la participation des citoyens au débat public est le meilleur moyen de modifier la réalité et d’améliorer les conditions de vie collective, puisqu’elle permet la poursuite du bien commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *