Aquifère


Avant d’entrer pleinement dans la clarification du sens du terme aquifère, il faut connaître son origine étymologique. Dans ce cas, on peut dire qu’il s’agit d’un mot dérivé du latin, puisqu’il est le résultat de la somme de deux éléments de cette langue : – Le nom « aqua », qui peut être traduit par « eau ». La forme verbale « fero », qui équivaut à « je porte ». L’aquifère est une notion utilisée dans les domaines de la géologie et de la biologie. Dans le premier cas, un aquifère est une structure souterraine qui abrite l’eau. Les aquifères sont des réservoirs d’eau situés sous la surface de la terre.

Ces aquifères permettent la circulation de l’eau à travers diverses fissures et la porosité de leur structure. Dans les aquifères, il est possible de différencier la nappe phréatique (secteur supérieur), la zone de saturation (espace où les pores rocheux se remplissent d’eau) et la couche imperméable. Au-dessus de la nappe phréatique, et avant la surface, il y a un autre secteur connu sous le nom de zone d’aération.

De nombreuses classifications des aquifères peuvent être faites, puisqu’il existe de nombreux types d’aquifères.

Cependant, parmi les groupes les plus fréquents, on trouve les suivants : -Basés sur leur comportement hydraulique, on trouve les aquifères confinés, qui sont ceux qui se trouvent entre deux couches imperméables ; les couches semi-confinies ; les sous-estimées ou libres, qui sont en contact direct avec ce qui est la zone sous-saturée du sol ; et les aquifères côtiers.

Selon leur structure, ils peuvent être classés en deux grands groupes : les libres et les confinés.

A partir des critères de ce que sont leurs textures, nous trouvons les fisurales et les poreux. Si nous comptons sur le comportement hydrodynamique, il y a des aquifères, des aquifères, des aquifères, des aquifères, des aquifères, des aquitards et des aquifuges. Il est important de garder à l’esprit que les aquifères donnent accès à l’eau à une grande partie de la population mondiale. Cependant, l’exploitation incontrôlée et la pollution menacent cette ressource.

Les engrais chimiques utilisés par l’agriculture, les déchets industriels et l’exploitation pétrolière sont quelques-uns des facteurs qui peuvent polluer un aquifère.

En particulier, parmi les éléments les plus polluants qui existent et qui mettent sérieusement en danger les aquifères, on trouve les déchets générés dans les ateliers automobiles et les stations-service, les ateliers de peinture, les nettoyeurs à sec, les fabricants et les industries métallurgiques. Sans parler de ceux dérivés des mines de métaux ou de l’extraction de pétrole, entre autres. Un exemple d’aquifère est l’aquifère Guaraní, qui occupe des milliers de kilomètres sous le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay. C’est la plus grande réserve d’eau douce souterraine du monde.

Dans le domaine de la biologie, par contre, un aquifère est un conduit qui permet le transport de liquides dans certains organismes. Les échinodermes, par exemple, ont un système vasculaire aquifère avec de multiples branches dans tout le corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *