Aquarelle


L’étymologie de l’aquarelle nous conduit à l’aquarelle, un mot de la langue italienne. Une aquarelle est une peinture qui est peinte sur du carton ou du papier, dont les couleurs sont diluées dans l’eau. Le concept se réfère également aux couleurs utilisées dans ce type de peinture et à ce type de technique artistique en général. Les historiens croient que l’aquarelle a émergé un siècle avant le Christ en Chine, lorsque le papier a commencé à se développer. Les Arabes, au cours du XIIe siècle, ont amené la production de papier de l’Asie vers l’Europe et ainsi, au fil du temps, l’aquarelle est installée dans le Vieux Continent. Ainsi, parmi les artistes européens, la technique de l’aquarelle a succédé à la fresque. L’Allemand Albrecht Dürer et l’Italien Raffaello Santi ont été parmi les pionniers de l’aquarelle dans la région.

Les aquarelles sont réalisées avec différents pigments qui sont généralement liés avec de la gomme arabique.

L’eau est un composant très important dans cette technique car, selon la quantité utilisée, on obtient des couleurs plus ou moins transparentes. Le type de papier influe également sur le résultat du travail.

Les artistes choisissent généralement le papier en fonction de la texture et de la tension, en tenant compte de leur plan de travail.

La gomme arabique, par contre, est une substance collante, amorphe, exsudée par certaines plantes, qui devient dure au contact de l’air. Bien qu’il ne soit pas soluble dans l’alcool, il est soluble dans l’eau et est utilisé comme épaississant dans l’industrie pharmaceutique et gastronomique. Dans le cas de la cuisine, il est idéal pour donner de l’élasticité à certains plats et desserts, comme la pâte d’amande et les bonbons, bien qu’il serve aussi à donner la texture appropriée à certaines boissons.

L’aquarelle est basée sur les lavis que l’artiste applique.

Avec un chiffon, une éponge ou une brosse, il est possible d’ajouter ou d’enlever de l’eau, obtenant ainsi plus ou moins de transparence. Parfois, une grande transparence de la peinture est recherchée pour que le papier apporte la luminosité.

L’aquarelle est un matériau particulièrement polyvalent, ce qui peut rendre la première expérience très gratifiante ou très frustrante, car tout dépend des objectifs que nous nous fixons et de la façon dont nous abordons la technique. Un conseil que les enseignants donnent souvent à leurs élèves n’est pas tant de penser aux résultats qu’ils veulent obtenir, mais de se laisser aller et de profiter de chaque étape du chemin, et nous ne devrions jamais prétendre faire un chef-d’œuvre au premier coup d’œil.

C’est pourquoi il est important d’être patient et d’aborder l’apprentissage avec persévérance, sachant à l’avance qu’il faudra beaucoup d’essais pour obtenir un produit satisfaisant.

En ce qui concerne le support, il est recommandé d’utiliser une feuille de papier d’une épaisseur considérable. La première étape consiste à faire un croquis au crayon, sans trop de pression, afin que nous puissions faire autant de corrections que nous le voulons. Comme nous l’avons mentionné dans le paragraphe précédent, nous ne devons pas rechercher la perfection ou viser un degré élevé de complexité : peu d’éléments, simples et frappants, est un bon point de départ. Une fois que le dessin au crayon est prêt, il est temps de préparer et d’appliquer l’aquarelle. Idéalement, placez une petite quantité sur la palette, humidifiez légèrement le pinceau et diluez la peinture avec quelques gouttes d’eau jusqu’à ce qu’elle atteigne l’épaisseur appropriée pour la manipulation. Tout au long du processus, nous devons laisser sécher la feuille, afin de pouvoir travailler en plusieurs couches, entre autres choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *