Apothéose


L’apothéose est un terme dérivé du latin apotheōsis qui trouve son origine la plus lointaine dans un mot grec qui peut être traduit par « déification ». Le concept peut se référer à l’octroi de la dignité des dieux aux héros. L’apothéose consistait, dans le monde antique, en une cérémonie qui impliquait un mortel (comme un empereur ou un autre monarque) avec des caractéristiques divines. Cela signifie que ces hommes vertueux, après leur mort, sont montés dans une catégorie propre aux dieux. Il est important de noter que dans de nombreuses cultures, l’apothéose était aussi pratiquée avec les personnages qui régnaient, les rois, les reines, les princes et les princesses dont nous voulions nous souvenir pour une action mémorable menée pendant son mandat. Les Grecs, par exemple, non seulement offraient des funérailles solennelles et majestueuses aux grands hommes de leur temps, mais ils les élevaient et leur rendaient des honneurs divins par l’apothéose.

Début et fin des rituels de l’apothéose Ce type de cérémonie a son origine dans la Grèce antique et a été hérité par d’autres cultures, comme la culture romaine.

Cependant, dans le cas des Grecs, la déité a été accordée au héros par le biais d’un oracle, tandis que les Romains l’ont fait par un décret du Sénat. Il y avait aussi une relation extrême entre les figures vénérées et les constellations, à tel point qu’on croyait que lorsque l’une d’entre elles mourrait, elle prendrait sa place dans le ciel. Lorsque Jules César est mort, par exemple, un événement paradoxal s’est produit ; au moment où il a été tué, une nouvelle comète a circulé dans le ciel, la stella crinita.

Cela donna encore plus de force à la croyance des gens de la divinité de cet homme qui leur avait déjà été enlevée.

La foi du peuple a été affirmée par les preuves et l’apothéose a acquis une force irrévocable.

De César, le reste des empereurs qui lui succédèrent furent automatiquement placés sur un piédestal, considéré comme un dieu pour le peuple.

Lorsque le christianisme fut établi et qu’il attira un grand nombre d’adeptes, la divinité de ces personnages publics fut remise en question ; soudain, il semblait que le peuple cessait de croire que des créatures humaines dotées de pouvoirs surnaturels pouvaient exister.

Cependant, ce qui s’est produit, c’est que le pouvoir et le respect ont commencé à être déposés dans les évêques et les saints et non plus dans ceux qui gouvernent les régions.

La notion, aujourd’hui et par extension de ce sens classique, est utilisée pour nommer l’exaltation ou la flatterie exagérée d’une personne : « L’apothéose du chanteur dans son pays natal est devenue évidente à partir de la dernière série de concerts qu’il a donné dans le théâtre local », « La vérité est que j’ai les pieds sur terre et je ne crois en aucune apothéose, au-delà des bonnes intentions du peuple », « Certains fonctionnaires célèbrent l’apothéose de leurs supérieurs avec l’intention d’obtenir une promotion ».

Il convient de mentionner qu’aujourd’hui le terme apothéose est utilisé pour désigner une manifestation de grand enthousiasme qui se produit à un moment donné au cours d’un événement, d’une célébration ou d’un autre type d’acte collectif. Nous vous laissons avec deux exemples représentatifs de ce dernier cas : « Avec le dernier but de l’attaquant, l’apothéose est venue », « Le public a crié et applaudi au milieu de l’apothéose ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *