Antithèse


Le voyage étymologique du terme antithèse commence en latin tardif (antithĕsis) et passe ensuite au grec (antíthèse) avant d’atteindre notre langue. Un mot grec est le résultat de la somme de plusieurs éléments clairement définis comme ceux-ci : Le préfixe’anti-‘, qui peut être traduit par’contraire’.

Le terme « dîthémi », qui est l’équivalent de « je mets ».

Le suffixe »-sis », qui est synonyme d' »action ». Le premier sens mentionné dans le dictionnaire de l’académie de langue fait référence à ce qui, en raison de ses caractéristiques ou conditions, est totalement opposé à quelque chose d’autre. Par exemple : « Ricardo est l’antithèse de Joan : il est silencieux et renfermé, alors qu’elle parle et socialise toute la journée », « Le projet politique de l’opposition est l’antithèse du modèle que nous développons avec succès au niveau national depuis plus d’une décennie », « Les actions de la police dans ce cas constituent l’antithèse de ce que les procédures indiquent ».

Il faut établir que l’une des phrases les plus importantes de toutes celles qui font partie de la rhétorique est précisément un exemple parfait de ce qu’est l’antithèse.

Nous nous référons à ce que Neil Armstrong a dit lorsqu’il est arrivé sur la Lune en 1969 : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité ».

Cependant, il y a beaucoup d’autres exemples connus d’antithèses, comme ces versets d’écrivains connus : – « Quand je veux pleurer, je ne pleure pas, et parfois je pleure involontairement » (Rubén Darío). « L’amour est si court et l’oubli si long » (Pablo Neruda). « Tu es comme la rose d’Alexandrie, rouge la nuit, blanche le jour » (Lope de Vega).

En termes de rhétorique et de philosophie, l’antithèse est l’opposition qui existe entre deux expressions ou jugements.

Son utilisation permet le développement de la dialectique qui conduit à la construction de la connaissance.

Dans ce cadre, on trouve une proposition, une conception ou un discours qui constitue la thèse. C’est une affirmation qui est justifiée ou prouvée d’une façon ou d’une autre.

L’antithèse est le raisonnement inverse : elle propose quelque chose qui contredit la thèse, confrontant ses arguments. La dialectique indique qu’après l’opposition entre la thèse et l’antithèse, un nouveau regard émerge qui se condense dans la synthèse. Cette troisième proposition (la synthèse) représente une compréhension différente du sujet. Un exemple simplifié du processus est le suivant : « Les chiens sont noirs » (thèse) / « Cependant, hier j’ai vu un chien blanc » (antithèse) / « Il y a des chiens noirs et des chiens blancs » (synthèse). Dans le cadre de la philosophie, nous pouvons souligner que l’utilisation de l’antithèse et de celle-ci en soi a une série de particularités.

Plus précisément, parmi ceux-ci, nous pouvons souligner les points suivants : Son utilisation peut être comprise parce qu’elle peut être utilisée clairement et avec force pour la réfuter. Il convient également de garder à l’esprit qu’en règle générale, les antithèses utilisées dans ce cas sont précédées d’expressions telles que « néanmoins », « néanmoins » ou « mais », entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *