Antinomy


Un mot grec (antinomie) est devenu un mot latin (antinomĭa) et il est venu à notre langue comme une antinomie. Le terme fait référence à la contradiction entre deux concepts ou idées. Par exemple : « Il y a une antinomie entre les projets proposés par les deux partis politiques », « L’antinomie entre football offensif et défensif est derrière nous : nous savons aujourd’hui que les meilleures équipes sont celles qui misent sur l’équilibre », « Il est incroyable qu’au XXIe siècle, certains pays saignent à cause d’une antinomie religieuse ». L’antinomie révèle l’existence d’une contradiction qui ne peut être résolue : les deux principes antinomiques semblent être en désaccord l’un avec l’autre. Il est important de souligner que, dans le domaine de la philosophie, les antinomies ne sont pas nécessairement liées à la raison, puisque deux principes peuvent être rationnels et, à leur tour, se contredire.

Dans le langage courant, la notion d’antinomie est souvent utilisée en référence à une confrontation qui semble impossible à résoudre en raison de l’absence de terrain d’entente ou de l’approche de propositions discordantes.

Il est courant que des antinomies apparaissent en politique, lorsque les propositions des différents partis sont très différentes.

Si une partie propose une économie de marché libre et qu’une autre veut une forte présence de l’État pour contrôler les variables économiques, il y a une antinomie entre les deux projets. Enfin, un mouvement religieux qui s’est développé au XVIe siècle s’appelle l’antinomisme. Bien qu’il fasse partie du christianisme, il a été décrit comme hérétique parce qu’il considérait que la foi était tout ce qui était nécessaire, quels que soient les péchés commis.

L’antinomie en droit Dans le domaine du droit, l’antinomie présente plusieurs nuances qu’il faut analyser afin de trouver la solution la plus appropriée à un conflit donné. De nombreux théoriciens ont consacré leurs efforts à l’élaboration de documents précieux qui nous permettent de classer et d’étudier les différents types d’antinomies.

Dans ce cas, nous nous concentrerons sur la théorie de Norberto Bobbio, qui s’appuie sur la portée de validité des règles de conflit pour établir une distinction entre les différents types d’antinomie. Si les deux règles ont la même portée de validité, Bobbio souligne que nous sommes confrontés à une antinomie totale-totale. Il s’agit d’un cas où ni l’un ni l’autre ne peut être appliqué sans provoquer un conflit, par exemple, si l’un d’entre eux interdit le stationnement dans une certaine zone de 9 h à 12 h et l’autre de 10 h à 14 h. L’accomplissement de l’un d’entre eux implique inévitablement le non accomplissement de l’autre. D’autre part, nous avons les cas où le champ d’application des règles n’est pas identique, et Bobbio les regroupe sous le concept d’antinomie partielle partielle partielle. Cette controverse ne se produit qu’à l’intersection des deux règles, comme ce serait le cas si les deux stationnements interdits pendant les mêmes heures, mais l’un se concentrait sur les camions et les voitures, et l’autre sur les voitures et les bicyclettes. L’exception partielle partielle partielle décrite dans cet exemple ne se produit que lorsqu’il y a un désir de stationner une bicyclette ou un camion dans la zone de l’interdiction, puisque les deux règles coïncident en ce qui concerne les voitures. Le troisième type d’antinomie reconnu par Norberto Bobbio est appelé total-partial, et il se produit lorsque les deux règles en conflit ont la même portée de validité, mais l’une d’entre elles présente une plus grande restriction. Pour prendre l’exemple des paragraphes précédents, nous pourrions noter cette controverse si une règle interdisait absolument le stationnement de tout véhicule, alors que l’autre ne concernait que les camions. .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *