Alveoli


Alveoli, un terme qui peut aussi être prononcé avec l’accent alvéolaire, sont de petites cellules, cellules, cavités ou trous. L’utilisation la plus courante de la notion est dans le domaine de l’anatomie et de la biologie. Les alvéoles pulmonaires sont les petites fosses terminales des bronchioles. Chez eux, l’échange de gaz entre l’air inhalé et le sang se développe.

Ces alvéoles ressemblent à des sacs, où le corps reçoit l’oxygène dont il a besoin pour fonctionner. Par la même ouverture, les gaz entrent et sortent des alvéoles pulmonaires. Chez un être humain adulte, le poumon contient environ 750 millions d’alvéoles. Une alvéole dentaire est la cavité de la mâchoire où les dents sont insérées. Ces alvéoles dentaires, qui sont séparées par les septa de l’os interalvéolaire, sont des compartiments de l’os alvéolaire. Au-dessus de l’os alvéolaire, les trois régions de l’alvéole dentaire apparaissent : la première est formée par les plaques dites corticales, de grande résistance.

Ensuite, il y a la couche spongieuse qui recouvre les plaques. Cette couche spongieuse entoure à son tour la couche alvéolaire, qui est l’os lui-même.

Les alvéoles corticales, en revanche, sont des organites de certaines cellules qu’elles soutiennent. Ils sont situés sous la membrane plasmique et sont constitués de vésicules. L’inflammation des alvéoles est connue sous le nom d’alvéolite. Cela peut affecter les alvéoles pulmonaires (par exemple, d’une allergie) ou les alvéoles dentaires (en raison d’une infection). Alvéolite sèche : définition et traitement Une complication connue sous le nom d’alvéolite sèche est une complication qui survient en moyenne chez 4 % des patients qui ont une dent extraite. Ce trouble apparaît après l’opération, c’est-à-dire dans la période postopératoire. Ce problème se produit généralement après l’extraction des dents de sagesse, car ce sont les plus difficiles à manipuler et cette opération conduit à un degré plus élevé de « violence ».

Un caillot de sang se forme habituellement dans le trou laissé après l’extraction d’une dent, l’alvéole, qui a pour fonction principale de protéger cette région de la gencive ; s’il s’effondre ou ne se forme pas, l’alvéole est exposée et devient plus vulnérable aux attaques potentielles d’agents externes, qui sont des sources sûres d’inflammation et de douleur. Les symptômes de l’alvéolite sont faciles à détecter, surtout lorsqu’ils apparaissent juste après une intervention chirurgicale dans la bouche : après les 24 premières heures, la douleur commence dans la zone de l’alvéole, qui s’améliore généralement momentanément et s’aiguise ensuite brusquement. Dans les cas normaux, l’inconfort ne devrait pas durer plus de 15 jours. Il existe une liste claire de facteurs qui augmentent le risque d’inflammation alvéolaire, il est donc important de les connaître pour les prévenir. Deux questions que le patient ne peut pas contrôler sont la difficulté de l’opération et l’étendue du traumatisme chirurgical, car elles dépendent des caractéristiques de sa bouche et de la compétence du dentiste. D’autre part, il y a le tabagisme et l’utilisation de contraceptifs oraux, ce qui peut être évité.

Lorsque la douleur dans l’alvéole est trop importante et ne disparaît pas, vous devez consulter votre dentiste pour un traitement approprié, qui commence généralement par un rinçage au sérum pour éliminer les déchets. Les analgésiques, les antibiotiques et les anti-inflammatoires sont très utiles dans le traitement de l’alvéolite sèche, ainsi que les lavages quotidiens du sérum, chaque fois que votre médecin vous le demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *