Alkènes


Les alcènes sont des hydrocarbures insaturés dont les molécules ont au moins une double liaison carbone-carbone. Ces composés sont des alcanes qui, lorsqu’ils perdent un couple d’atomes d’hydrogène, deviennent une double liaison formée par deux carbones. Il est important de mentionner que la notion d’alcènes n’est pas incluse dans le dictionnaire de l’académie de langue. D’autre part, le concept d’alcanes apparaît.

Les alcènes étaient autrefois connus sous le nom d’oléfines, puisque les composés les plus simples génèrent des huiles en établissant une réaction avec un halogène. Les alcènes, par contre, ont des caractéristiques physiques différentes de celles des alcanes car la double liaison carbone modifie les propriétés liées à l’acidité et à la polarité, par exemple. Par différentes réactions chimiques, les alcènes sont transformés en différents composés organiques. Ces réactions peuvent être des mécanismes péricycliques, l’action de radicaux libres ou des ajouts électrophiles.

Examinons de plus près ces concepts : réaction chimique : il s’agit d’un phénomène également connu sous le nom de changement chimique et qui consiste en un processus thermodynamique (certaines grandeurs subissent une évolution) dans lequel une ou plusieurs substances subissent une transformation qui modifie leurs liaisons et leur structure moléculaire pour donner naissance à de nouvelles substances, appelées produits. L’oxyde de fer, par exemple, est formé par une réaction chimique entre le fer et l’oxygène dans l’air ;

· réaction péricyclique : c’est un concept qui appartient à la chimie organique, et sert à définir une réaction dans laquelle une géométrie cyclique peut être vue dans l’état de transition. Il est possible de classer ces types de réactions en réactions électrocycliques, sigmatropiques, cyclotropiques, chimiotropiques, chimiotropiques ou de transfert de groupe. On sait qu’ils sont généralement en équilibre chimique, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de changements nets dans les concentrations et les activités au fil du temps, bien qu’il puisse y avoir un changement d’équilibre dans une direction si le contenu énergétique du produit est significativement réduit ;

· radical libre : cette espèce chimique, dont l’action peut aider à la transformation des alcènes en d’autres composés, peut être organique ou inorganique et s’appelle maintenant radical. Il est caractérisé par un minimum d’un électron non apparié (aussi appelé électron non apparié, c’est un électron dans lequel il n’y a pas de compensation de son spin par un autre électron qui a en face de lui). La formation du radical se produit lorsqu’une molécule subit une dégradation homolithique au milieu d’une réaction chimique et est généralement très instable, c’est pourquoi elle ne vit que quelques millisecondes mais est très réactive ;

· addition électrophile : une réaction de ce type est caractérisée par la perte d’une liaison pi qui souffre d’un composé chimique, qui forme deux nouvelles liaisons sigma. Elle s’inscrit dans la chimie organique, plus précisément dans les mécanismes de réaction. Les substrats qui apparaissent habituellement dans une addition électrophile ont des liaisons carbone-carbone doubles ou triples.

Ce type de réaction est habituellement biomoléculaire ou de second ordre. Parmi les alcènes, on peut citer l’éthylène, que l’on trouve dans les plantes. Lorsqu’on ajoute de l’eau à l’éthylène, on peut obtenir de l’éthanol.

D’autre part, grâce à un catalyseur métallique, une réaction entre l’éthylène et l’hydrogène moléculaire peut être effectuée pour obtenir de l’éthane. L’isobutylène est un autre alcène utilisé dans l’industrie. De structure ramifiée, l’isobutylène est un gaz incolore et inflammable dans des conditions normales de température et de pression.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *