Alharaca


Avant d’entrer pleinement dans la clarification du sens du terme alharaca dont nous parlons, nous devons parier sur la détermination de son origine étymologique. Dans ce cas, il faut souligner qu’il s’agit d’un mot qui dérive de l’arabe, exactement de « al-haraka » qui peut être traduit par « le mouvement ». L’agitation est la manifestation véhémente d’une émotion, déclenchée par une raison considérée comme minime ou pas trop importante. La notion dérive de la langue arabe. Par exemple : « Do you have to make such a fuss because a glass broke », « The president announced with a fuss the construction of a new first aid room in the northern city », « The company launched its new product without too much fuss ». Quand quelque chose est fait avec agitation, par conséquent, sa signification ou son effet est exagéré. Supposons que le maire d’une municipalité organise un grand événement public, avec la présence de nombreux médias, pour annoncer la réouverture d’un parc.

Il s’agit d’un parc créé il y a dix ans, auquel une plaque portant son nom a été ajoutée et des fleurs ont été plantées. Compte tenu du peu de travail effectué sur le site, il est absurde que le maire ait fait la présentation avec beaucoup d’agitation et qu’il cherche à obtenir une grande reconnaissance pour le travail.

Dans le sens inverse, ce qui se fait sans histoires se fait de manière déguisée, cachée ou sans trop de diffusion.

Si un joueur de tennis peu connu dans les médias, basé sur plusieurs victoires sans autant de résonance, parvient à grimper trois cents places dans le classement mondial et fait partie des cent meilleurs joueurs de la planète, on pourrait dire qu’il est en train de se forger une carrière solide et sans tracas. Ce n’est pas le cas d’un athlète dont les actions sont suivies par la presse et dont les déclarations ont des répercussions immédiates.

On ne peut pas non plus oublier que « Alharaca » est le titre d’une chanson de Quilapayun.

C’est une composition qui parle de la répartition des richesses, des différentes couches de la société. Dans le domaine musical, il faut tenir compte du fait qu’Alharaca est aussi le nom d’un groupe. En particulier, ce groupe est spécialisé dans la musique médiévale.

De plus, « Alharaca » est un portail d’information spécialisé dans le monde arabe. En particulier, il fonctionne depuis la fin des années 1990, depuis 1998, et il est envisagé de mettre à jour toutes ses informations toutes les quinze minutes.

De la même manière, tous ses contenus sont accessibles en plusieurs langues différentes et son origine se trouve à l’Université Autonome de Madrid. Actuellement, cette publication est soutenue par « Alharaca », une association qui fait partie du Ministère de l’Intérieur espagnol. Les nouvelles des agences, les communiqués de presse et toutes sortes d’informations relatives au monde arabe peuvent être trouvés sur ce site web, qui inclut également des travaux et des recherches de toutes sortes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *