Ajeno


L’adjectif ajeno dérive du mot latin aliēnus qui, à son tour, vient de alĭus (un terme qui peut être traduit par’autre’). L’étranger est celui qui appartient à un autre individu ou qui résulte de caractéristiques différentes des siennes. Par exemple :  » Quand j’étais petite, ma mère m’a appris que je ne devais jamais cacher les choses aux autres « ,  » je pense que le président ne peut pas rester à l’écart de cette situation : si le taux de chômage continue de croître, le pays entrera dans une crise profonde « ,  » j’ai toujours essayé de rester à l’écart des controverses « .

L’idée d’extraterrestre peut être appliquée aux objets matériels. Une personne a des biens : des objets et des produits qu’elle a achetés ou qu’on lui a donnés et qui lui appartiennent donc.

Si un certain Juan achète un téléphone, ce téléphone est à vous. Pour Martín ou Pedro, pour ne citer que deux autres personnes, ce numéro de téléphone leur est étranger. C’est pourquoi si Martin ou Pedro prennent le téléphone de Juan, ils ont commis un vol. Bien que beaucoup s’efforcent de mettre en évidence les différences entre nos espèces et les autres, le concept d’extraterrestre est quelque chose que nous partageons avec les animaux. Bien qu’il ne soit pas si commun dans la nature pour chaque individu d’avoir des effets personnels, les animaux vivant avec les humains font divers objets appropriés, tels que des jouets et des lits. Ce qui est étranger peut aussi être quelque chose d’une condition différente ou étrange.

Un Argentin qui vit aux États-Unis peut refuser de participer à la célébration de l’Halloween, prétendant que pour lui la célébration est « étrangère » à ses sentiments. En ce sens, l’individu ne s’identifie pas à l’événement pour des raisons culturelles, puisque dans son pays d’origine, aucune attention n’a été portée à la date. Cette considération d’Halloween comme quelque chose d’étranger obéit à des coutumes et des traditions, à leur tour liées à l’histoire du peuple. Il existe plusieurs expressions qui incluent le terme étranger, et l’une des plus communes est étrangère à la volonté de quelqu’un, ce qui sert à expliquer qu’une situation est au-delà du contrôle de cette personne, qui ne peut rien faire pour y mettre fin ou n’aurait pas pu mener à son commencement, puisqu’elle a eu lieu au-delà de leurs actions. Supposons qu’une personne travaille depuis un certain temps dans une entreprise très performante : il arrive toujours en premier le matin, accomplit toutes ses tâches dans les délais impeccables et sa discipline est impeccable.

Malgré sa performance impeccable, on lui dit un jour qu’il devra mettre fin à son contrat à la fin du mois, sans avoir pu l’anticiper. Surpris et indigné, il s’est tourné vers son superviseur pour obtenir une explication, et il a répondu :  » Je suis désolé, votre renvoi était hors de mon contrôle ; le service des ressources humaines a été forcé de faire des compressions en raison d’un manque de budget.

Rester à l’écart de quelque chose, enfin, est lié au fait de rester à l’écart. Le sens de l’expression n’est pas positif ou négatif en soi, et peut s’appliquer à des attitudes des deux types et même à des situations qui se situent à mi-chemin entre les deux extrêmes. Il est juste de dire qu’un politicien qui veut rester à l’écart des confrontations, par exemple, veut éviter d’entrer dans des discussions ou des confrontations. Ne pas vouloir s’impliquer dans une discussion entre deux autres personnes peut être un signe de respect pour eux, pour éviter d’interférer avec leur relation, mais vous pouvez aussi parler d’un manque d’engagement, surtout si leur participation peut les aider à résoudre le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *