Aérobies


Les aérobies sont des organismes qui ont besoin d’oxygène pour vivre. Le terme peut aussi être utilisé comme adjectif pour désigner ce qui a besoin d’oxygène ou qui contient de l’oxygène. Le contraire de l’aérobie est anaérobie.

Dans ce cas, les organismes anaérobies (que l’on peut aussi appeler anaérobies) n’utilisent pas d’oxygène dans leurs activités métaboliques. Le processus évolutif qui a mené au développement de la maladie aérobie a commencé par la photosynthèse de l’oxygène. Dans cette photosynthèse, l’eau fournit des électrons et produit la libération d’oxygène comme sous-produit du processus. Cette photosynthèse a commencé à envoyer une grande quantité d’oxygène dans l’atmosphère. Les organismes aérobies, profitant de l’énergie libérée par l’oxydation de différentes substances, ont réussi à s’établir comme dominants sur la planète. La respiration aérobie est le processus d’utilisation de l’oxygène par la respiration cellulaire pour oxyder les graisses, le sucre et d’autres substances afin de générer de l’énergie. Les plantes et les animaux sont donc des organismes aérobies. Par la respiration, les êtres vivants absorbent l’oxygène de l’atmosphère et libèrent du dioxyde de carbone.

Si nous nous concentrons sur l’être humain, la respiration implique l’inhalation et l’expiration de l’air, un processus qui permet la respiration cellulaire, l’hématose et l’apport d’oxygène aux différentes cellules du corps. Le processus connu sous le nom d’hématose, d’autre part, a lieu dans les organismes aérobies dans le but d’échanger des gaz entre le sang des animaux et l’environnement extérieur, pour éliminer le dioxyde de carbone et fixer l’oxygène, ainsi que la respiration.

Ceci se produit sans consommation d’énergie et en faveur du gradient de pression partielle, c’est-à-dire qu’il est généré par simple diffusion ; pour cette raison, un point clé de l’hématose est la pression partielle de l’oxygène externe, et sa variation affecte les caractéristiques de la réponse de l’organisme. Pour notre espèce, la respiration (aussi connue sous le nom de métabolisme aérobie) est un processus essentiel pour notre vie, et nous le faisons involontairement, constamment, de la naissance à la mort. Le fait que nous n’avons pas à prendre une décision active pour le faire peut expliquer pourquoi nous accordons si peu d’attention à la pureté de l’air ; par la plupart de nos habitudes, nous contribuons directement ou indirectement à la pollution de l’environnement, ce qui a un impact négatif sur notre santé. Les organismes aérobies ont développé plusieurs systèmes d’hématose, qui sont les suivants :

· cutanée : on peut le voir chez les échinodermes, les annélides et les amphibiens. Il est important de distinguer entre la peau, par laquelle s’effectue l’échange gazeux, et le tégument du corps, qui réalise la configuration de la structure respiratoire.

Trachée : la trachée est un organe présent chez les onychophores et les arthropodes terrestres. Un système trachéal est un ensemble de tubes creux progressivement reliés, en commençant par ceux qui ont le plus petit diamètre ;

· branchies : l’organe connu sous le nom de branchies ou branchies se trouve chez de nombreux animaux aquatiques, et est utilisé pour l’élimination de l’oxygène et le transfert du dioxyde de carbone vers le milieu ;

· poumon : Ce système est ce qui nous permet d’effectuer le métabolisme aérobie, et donne lieu à la ventilation pulmonaire, un groupe de processus qui favorisent le flux d’air entre les alvéoles pulmonaires et l’atmosphère, par l’inspiration et l’expiration.

Enfin, l’aérobiologie est la spécialisation de la biologie qui se concentre sur l’analyse des particules organiques qui se déplacent passivement par l’action de l’air. .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *