Aduana


Un mot de la langue de Pelvi (dēwān) qui peut être traduit comme’archive’ est passé en arabe classique comme dīwān et ensuite en arabe espagnol comme addiwan. L’évolution étymologique du terme l’a transformé, dans notre langue, en coutumes. Un bureau de douane est un organisme public dont la fonction est d’enregistrer les marchandises exportées et importées et de percevoir les taxes correspondantes. Les douanes sont généralement situées dans les zones frontalières et le long des côtes, au fur et à mesure que les produits entrent et sortent du pays par ces endroits. En contrôlant les marchandises arrivant dans un pays, les douanes peuvent saisir les marchandises qui menacent la santé ou la sécurité publique. Ainsi, comme ils ne quittent pas les douanes, ces produits n’arrivent pas au marché ou dans les rues. Supposons que, lors de l’inspection d’un conteneur rempli de jouets, les autorités douanières découvrent que les marchandises contiennent une substance considérée comme cancérigène.

Ainsi, afin d’empêcher les enfants d’avoir accès à ces jouets dangereux, les douanes n’autorisent pas la distribution des produits dans le pays.

Les douanes contribuent également à protéger l’industrie nationale. Un gouvernement peut décider d’appliquer une taxe spéciale sur les chaussures importées pour favoriser les fabricants locaux. Par conséquent, lorsque les chaussures importées arrivent à la douane, l’importateur doit payer une taxe pour les enlever.

Cela rend le produit plus cher et rend les chaussures nationales plus compétitives.

Dans chaque pays, il existe des entités qui regroupent et dirigent les différents bureaux de douane : la Direction générale des douanes en Argentine, le Service national des douanes au Chili, la Surintendance nationale de l’Administration des douanes et des impôts au Pérou, etc Filtrer l’entrée de marchandises dans un pays par le dédouanement bénéficie à votre gouvernement en lui permettant de maintenir un contrôle complet et de percevoir les taxes et droits de douane, ce qui augmente également votre revenu monétaire chaque fois que vous importez des marchandises.

Cependant, tout bénéfice qu’un pays peut tirer de ce processus de contrôle douanier est entravé lorsque la contrebande entre en jeu, une pratique criminelle qui existe dans notre culture depuis des siècles et qui consiste à forcer l’entrée de certains articles, soit ceux que les douanes ne permettraient pas de passer, soit d’autres, dans le but de ne pas payer d’impôts et de les vendre en dehors de la loi.

Le non-paiement des taxes est connu sous le nom de fraude douanière et va généralement de pair avec la contrebande, bien que parfois seule la fraude soit pratiquée. Plus important encore, les deux mettent en danger la stabilité et la sécurité d’un pays, tant sur le plan économique que social. Quand une organisation mafieuse parvient à se soustraire à ses obligations devant les douanes pour transporter une certaine marchandise, elle a la possibilité de la vendre à un prix inférieur au prix actuel sur le marché local ; de cette façon, le public commence à consommer l’option la moins chère, entre les mains de personnes qui ne contribuent pas au développement du pays et ignorent les commerçants décents. C’est normal dans de nombreuses régions du monde, avec des produits allant du pain aux vêtements en passant par les jouets. Pour revenir à l’origine du mot coutumes, on peut dire que la langue Parsee est la langue persane moyenne ou iranienne, surtout utilisée à l’époque de l’empire sassanien, qui a existé de 226 à 651. Le nom original, dans la langue elle-même, est pahlawīg et peut être traduit par « naissance », c’est-à-dire « originaire de Parthia, une région de l’ancien continent asiatique » ; en persan moderne, il est devenu Pahlavi et en français, Pehlvi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *