Acre


Acre est un mot qui peut provenir de deux sources étymologiques différentes et donc avoir des significations différentes. Lorsqu’il est dérivé de l’anglais acride (et, plus en arrière, du latin ager), le concept se réfère à une mesure utilisée dans plusieurs pays pour calculer la superficie d’une terre. Selon la région et la période historique, l’acre a eu des équivalences différentes.

L’académie de langue, dans son dictionnaire, mentionne qu’un acre équivaut à 40 surfaces et 47 centiares.

C’est la mesure utilisée dans les pays du Royaume-Uni et dans les territoires qui étaient ses colonies, comme les États-Unis. En France, par contre, un acre est lié au brûlage et peut mesurer, selon le type d’acre, entre 34 et 51 surfaces environ.

À l’époque de l’Empire romain, par contre, un acre mesurait 50,58 hectares. Acre peut aussi avoir sa racine étymologique dans l’acer latin. Dans ce cas, il s’agit d’un adjectif qui fait allusion à ce qui est irritant et rugueux au niveau de l’odeur et du goût. Il peut également qualifier le soi-disant caractère bourru et bourru.

Par exemple : « Le goût âcre du plat l’a poussé à le rejeter », « La fumée âcre de l’usine est un signe de contamination ». Au Brésil, il y a un État appelé Acre, qui borde le Pérou et la Bolivie.

Rio Branco est sa capitale et compte plus de 758 000 habitants. La région est traversée par une rivière appelée Acre. Cette rivière est longue de près de 1 200 kilomètres et est tributaire des rivières Xumarí et Branco, et est également tributaire d’une autre rivière, le Purús.

De la même manière, nous ne pouvons pas oublier la soi-disant guerre de l’Acre, qui était un conflit à différents niveaux qui s’est produit entre le Brésil et la Bolivie. Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, cet événement a eu lieu, qui porte ce nom parce que les deux pays se disputaient la possession du territoire d’Acre. Ils l’ont contesté parce que c’était une terre riche en aquifères et en hévéa, par exemple.

Ce différend a pris fin avec le fameux traité de Petrópolis, signé en 1903, par lequel la Bolivie a cédé une partie du territoire susmentionné, tandis que le Brésil s’est engagé, entre autres, à céder d’autres terres à proximité, à payer une somme économique au gouvernement bolivien et même à permettre à ce pays de construire des douanes. Enfin, Acre est une ville d’Israël située sur la mer Méditerranée, dont le centre historique fait partie du site du patrimoine mondial protégé par l’UNESCO. Et surtout, elle possède une fortification spectaculaire d’origine ottomane, créée par l’Ordre des Hospitaliers et composée d’éléments tels que la Salle des Chevaliers, un jardin enchanté ou une tour, par exemple. Ceci sans négliger le fait que dans son territoire est aussi l’un des lieux saints de la foi baha’ie.

Nous nous référons à la fois à la maison où le prophète a vécu ses dernières années Bahá´u´llah et à la prison où il a été emprisonné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *