Acquittal


Le concept d’acquittement (dont l’origine se trouve dans le mot latin absolutĭo) décrit le fait d’acquittement, un verbe qui se réfère à l’action d’enlever la responsabilité pénale de quiconque a été accusé d’un certain crime ou, dans le cas d’une procédure civile, de ne pas considérer les réclamations incluses dans une réclamation. Dans un sens plus général, l’acquittement peut être considéré comme le fait de laisser quelqu’un libre de charges ou d’obligations. Du point de vue du christianisme, l’absolution consiste à pardonner les péchés de ceux qui se repententent de leur mauvais comportement. Ainsi, l’absolution signifie purifier le pécheur et lui donner une nouvelle opportunité sans tenir compte des fautes qu’il a commises.

Cette pratique religieuse, pratiquée par les prêtres, est inspirée par le pardon que Jésus-Christ a donné aux pécheurs. Le rite consiste en ce que le pécheur confesse ses fautes devant un prêtre, qui établit une pénitence pour lui et absout ses fautes. Bien qu’en principe la pénitence était publique, à partir du Moyen Age les prêtres commencèrent à accorder l’absolution en privé. Dans ce cas particulier, la façon pour un croyant de recevoir l’absolution du prêtre pour tous les péchés qu’il a commis est d’aller à l’église et de décider de se confesser individuellement.

Une fois qu’il a expliqué ce qu’il a fait et qu’il est repentant, le religieux lui imposera une pénitence, obtenant ainsi l’absolution susmentionnée. En ce sens, nous pouvons établir que le curé de la paroisse doit se conformer à ce qu’on appelle un secret de confession. Terme utilisé pour exprimer qu’il ne peut, en aucune circonstance et même si sa vie est en danger, révéler ce qui lui a été communiqué par une personne qui a fait usage de son droit à la confession individuelle. Au lieu de cela, les protestants se confessent par une prière qui est accomplie par toute la congrégation. Après sa prononciation, le pasteur annonce l’absolution. Pour toutes ces raisons, nous pouvons affirmer qu’il existe de multiples types d’absolution, tant au niveau religieux que dans d’autres domaines. L’absolution sacramentelle, par exemple, consiste en la liberté et le pardon que le confesseur accorde au pénitent. Le recours à l’acquittement est également utilisé dans le domaine du droit.

Dans ce cas précis, et d’une manière générale, nous pouvons établir que ce terme définirait une peine judiciaire par laquelle il est établi qu’une personne n’est pas coupable du crime ou délit dont elle est accusée, c’est-à-dire qu’elle est innocente. L’une des principales conséquences d’une telle décision sera qu’elle entraînera la fin de la peine de détention provisoire, le renvoi de la caution qu’on peut lui avoir donnée et les mesures qui ont été mises en place pour l’empêcher de fuir le pays où l’on met fin à la détention provisoire. L’acquittement de la demande consiste en la résolution d’un procès qui favorise le défendeur ; l’acquittement des positions, d’autre part, consiste en la procédure marquée par l’action sous serment du plaideur devant l’interrogatoire de l’autre partie impliquée dans l’affaire. L’acquittement à l’instance tourne également autour du prononcé de la sentence lorsqu’un tribunal ou un juge invoque une exception procédurale et décide de s’abstenir de statuer sur le fond. Enfin, une absolution générale est une absolution accordée à une pluralité de personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *