Acquiescence


Le mot latin acquiescentia est venu à notre langue comme acquiescement. Comme le précise le dictionnaire développé par l’académie de langue, l’acquiescement est lié à l’assentiment, à l’approbation, au consentement ou à la conformité. Par exemple : « Le joueur n’a pas assisté à l’entraînement du matin avec l’accord du directeur technique, qui a décidé de lui donner un jour de congé pour qu’il puisse résoudre certaines questions personnelles », « Le projet de loi ne compterait pas sur l’accord du bloc au pouvoir », « L’accord de l’homme d’accepter que ses enfants passent tout l’été avec sa femme a surpris les avocats ». L’acquiescement signifie donner son consentement à quelqu’un pour qu’il accomplisse une certaine action. Si nous prenons notre premier exemple, le directeur technique d’une équipe accepte qu’un joueur n’assiste pas à une séance d’entraînement, même si cela fait partie de ses obligations fondamentales envers l’équipe. Quant à un projet de loi hypothétique sans l’accord du bloc au pouvoir, il s’agirait d’une initiative qui n’a pas l’appui du secteur susmentionné. Enfin, il y a le cas d’un homme qui accepte que ses enfants ne passent pas des mois de vacances avec lui, une décision à laquelle les avocats ne s’attendaient pas. Le concept peut acquérir certaines nuances selon le contexte. Dans le domaine juridique, l’acquiescement à un procès implique que les parties acceptent de se soumettre à sa décision et refusent d’interjeter appel, tandis que l’acquiescement à une réclamation équivaut à reconnaître que la réclamation de l’autre partie est bien fondée et que, par conséquent, l’action est exclue. Dans le domaine de la psychologie, par contre, le terme acquiescement a un sens différent lorsqu’il est utilisé dans le contexte d’un test : c’est la tendance à choisir des réponses d’un type particulier, de manière irréfléchie et spontanée, un comportement qui invalide le résultat et oblige à recommencer. Par exemple, si la personne répond « oui » ou « non », si elle choisit systématiquement « vrai » ou « faux » pour tous les points.

Selon la source, l’acquiescement en psychologie n’est lié qu’aux réponses affirmatives, ou à l’un des deux types en particulier. Dans ce contexte, on parle aussi de biais d’acquiescement pour décrire la tendance à donner des réponses affirmatives au-delà du contenu des questions. Le terme biais, en revanche, désigne une torsion ou une inclinaison d’un côté, un parcours spécifique ou une erreur systématiquement commise.

Indépendamment de la personnalité du sujet, pour qu’un test psychologique réussisse, il est nécessaire de créer le bon environnement, libre de tensions et de distractions. En d’autres termes, l’acquiescement n’est pas toujours lié à un type de personne bien défini, mais peut survenir en raison de l’environnement. Comme son nom l’indique, « Acquiescence » est un blog dédié à l’actualité du droit international et réserve un espace à l’opinion. Son fondateur, Carlos Espósito, a choisi ce terme pour le baptiser précisément en raison des caractéristiques d’équité, de bonne foi et d’accord tacite que sa définition contient. Les amateurs de ce domaine peuvent trouver dans ce blog des informations sur les conférences, des suivis de différents cas et des commentaires qui enrichissent leur recherche et leur permettent de se connecter avec des personnes qui partagent leurs intérêts. D’autre part, le blog Aquiescencia reçoit la collaboration de nombreux auteurs et lecteurs qui souhaitent exprimer leurs opinions, laissant la porte ouverte à toutes sortes de points de vue, même s’ils s’opposent à celui du fondateur. La présence d’idées divergentes permet d’avoir un débat sain, ce qui est fondamental dans des matières comme le droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *