Accent diacritique


L’accent est l’articulation de la voix qui permet de mettre en évidence, par la prononciation, une syllabe d’un mot. Cette distinction entre les syllabes peut être obtenue par l’utilisation d’une tonalité plus élevée ou d’une intensité plus élevée. Il est possible de différencier les différents types d’accent. Cette fois, nous nous concentrerons sur l’accent diacritique, aussi connu sous le nom d’accent emphatique parce qu’il fait appel à l’accent sur la prononciation pour différencier deux termes. L’accent diacritique, qui dans l’écriture exige l’utilisation du tilde (une bande oblique), permet de distinguer entre une syllabe tonique et une syllabe atonique, ce qui aide à différencier deux significations. Il est courant d’utiliser des accents diacritiques avec des monosyllabes utilisées de différentes manières.

Nous pouvons analyser l’affaire plus en profondeur. Si ce mot monosyllabique a un accent diacritique avec l’accent correspondant, il s’agit d’un adverbe comparatif : « Walter est plus jeune que Daniel », « La surface argentine est plus grande que la surface chilienne ».

D’autre part, quand il n’a plus d’accent diacritique, c’est une conjonction : « J’ai exprimé mon intention de quitter le poste, mais ils ne me l’ont pas permis », « J’irais vous chercher tout de suite, mais je ne peux pas ».

Parmi les monosyllabes, nous trouvons une longue liste d’exemples dans lesquels nous devons recourir à l’accent diacritique pour obtenir la différenciation dont nous avons besoin. En voici des exemples : -De / Donner. Dans le premier cas, il n’est pas marqué parce qu’il s’agit d’une préposition et dans le second cas, il s’agit d’une forme verbale du verbe « donner ». Il/elle. Le premier terme n’a pas cet accent parce qu’il s’agit simplement d’un article. Le second est porté parce qu’il est utilisé comme pronom personnel. Thé / Thé. Le premier n’a pas d’accent diacritique parce qu’il fonctionne comme un pronom personnel, tandis que le second a un accent diacritique parce qu’il s’exerce comme un nom. En particulier, ce deuxième mot donne son nom à l’infusion typique de la Grande-Bretagne. L’utilisation de l’accent diacritique apparaît également dans les pronoms exclamatoires et les pronoms interrogatifs, pour les différencier des conjonctions et des pronoms relatifs. Le mot quand, avec un accent diacritique, est un pronom interrogatif : « Quand me rendras-tu mon argent ? Quand, sans accent, c’est une conjonction : « Le mois dernier était le mois le plus chaud ».

Il est important pour nous d’être clair que l’accent diacritique devient un outil très pertinent lorsqu’il s’agit de comprendre correctement les textes que nous avons sous les yeux.

Il nous permettra, entre autres, de différencier le sens des mots qui s’écrivent de la même façon. En plus de ce qui précède, nous devons être conscients que ce type d’accent joue également un rôle fondamental dans d’autres langues que l’espagnol. Ainsi, par exemple, il est vital en valencien de distinguer les mots qui sont écrits de la même façon mais qui ont des significations différentes.

Car, par exemple, ce n’est pas la même chose que « être », qui est l’élevage d’un mouton, comme « bé », qui est un adverbe d’une certaine manière ou qui peut signifier « richesse ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *