Abstinence


L’abstinence est l’action de s’abstenir (se retenir, se priver de quelque chose). Le mot vient du terme latin abstinentia.

Certaines de ces privations sont volontaires. C’est le cas, par exemple, de l’abstinence totale ou partielle de certains aliments ou boissons afin de se conformer à un précepte imposé par une conduite idéologique ou l’accomplissement d’un précepte religieux ou d’un vœu spécial. On considère que ceux qui parviennent à mettre de côté certaines choses qu’ils aiment ou qui pourraient leur donner satisfaction, seront considérés comme vertueux parce qu’ils ont une volonté capable de surmonter tout obstacle qui se trouve entre cette personne et la réalisation des idées fondamentales en lesquelles ils croient. Ainsi, l’abstinence est une renonciation volontaire d’un désir, qui se réalise habituellement par certaines activités corporelles qui produisent du plaisir. L’abstinence temporaire de nourriture, par exemple, est connue sous le nom de jeûne et est utilisée comme mécanisme de protestation dans le but d’obtenir certains soins. Par exemple : « Une personne condamnée à mort jeûne pendant dix jours pour protester contre la décision du juge ». Ils peuvent aussi être faits pour des raisons religieuses, comme une offrande au dieu en qui ils croient, comme le font les musulmans pendant le Ramadan. L’abstinence sexuelle, comme on peut s’y attendre, consiste à ne pas avoir de rapports sexuels pendant un certain temps. Dans certains cas, c’est dû à une imposition religieuse ; il existe plusieurs religions, comme le christianisme, qui encouragent l’abstinence sexuelle jusqu’au mariage et condamnent comme péché toute relation sexuelle qui a lieu en dehors du mariage.

En elle, les personnes consacrées (prêtres, nonnes, moines, etc) doivent s’engager à mettre de côté cette partie de leur vie (la vie sexuelle) afin de servir Dieu correctement. Il y a plusieurs substances qui ont la qualité de causer la dépendance et qui induisent le phénomène dit de tolérance chez les sujets ; il en va de même pour la diminution des effets de cette substance lorsqu’elle est utilisée régulièrement, qui est maintenue bien que la dose de cette substance soit augmentée.

Ce phénomène est présent aussi bien chez les alcooliques que chez les personnes dépendantes de substances telles que la cocaïne.

Il arrive que le sevrage brutal ou la réduction de la dose habituelle d’une substance génère ce qu’on appelle un syndrome de sevrage, c’est-à-dire un ensemble de symptômes psychiques et physiques.

Il convient de noter que ce concept est étroitement lié au phénomène de tolérance et est présent lorsque la consommation d’une substance, dont la dépendance existe déjà, est soudainement interrompue. Elle est généralement subie par les alcooliques et les toxicomanes qui essaient de se rétablir. Bien que ce syndrome varie selon le type de substance avec laquelle le sujet est « accroché », selon diverses études, celle qui cause le sevrage alcoolique est la plus grave. Il peut y avoir différents niveaux de danger, selon le degré de dépendance et étant le niveau le plus grave, une cause possible de mortalité, si le problème n’est pas traité à temps. Ce syndrome de sevrage alcoolique est appelé delirium tremens. Les symptômes de ce syndrome comprennent des tremblements, des maux de tête, des nausées, des frissons, de l’insomnie, de l’irritabilité, des vomissements et une transpiration extrême et peuvent mener à un niveau élevé d’anxiété qui empêche le fonctionnement normal de tout le corps.

Il est important de souligner que la tolérance et le syndrome sont parfaitement réversibles, mais il est nécessaire d’aller voir un spécialiste pour savoir comment agir correctement et ne pas prendre des décisions qui pourraient avoir des conséquences sur la santé. Le traitement qui est effectué avec des personnes souffrant de cette pathologie consiste en une désintoxication basée sur les médicaments, la désintoxication et la thérapie. Enfin, on peut aussi mentionner le syndrome d’abstinence néonatale, qui se produit lorsqu’une femme enceinte est dépendante d’une substance et fait que le bébé a la même dépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *